Après NOD, Le Monde se lance dans le catch up de l’info

Validation.

C’est le mot qui vient à l’esprit quand le premier quotidien français, celui qui a inspiré leur vocation à des générations de journalistes, fait quelque chose que vous défendez depuis des années.
Le Monde vient de dévoiler “Récapator“, un nom affreux pour un service important : un outil qui permet de rattraper l’actualité sur une période donnée. Un service très à propos en période de vacances : on débranche pendant longtemps puis arrive un moment où on veut qu’on nous serve l’essentiel sur un plateau.
IMG_8325Ce service, l’application mobile NOD News On Demand le rend depuis 2014 à ses utilisateurs. Chaque jour, nous sélectionnons les 3 événements majeurs du jour et proposons au lecteur de les consulter le jour même ou en différé. Ainsi, après une semaine déconnectée, je peux appeler les grandes actualités depuis un calendrier et faire le tour de l’actu en 21 titres (7 x 3 sujets). Puis plonger dans les articles les plus pertinents choisis soigneusement dans plus de 100 sources différentes.
Evidemment, ce service est fort à propos en période de vacances. Le weekend dernier a encore été un exemple de secousses majeures de l’actualité que certains proches en goguette estivale n’ont découvert qu’au hasard d’un virée au café ou par un SMS affolé…
Et tant mieux pour eux : il ne faut pas exiger du lecteur d’être dans un état de connexion permanente ; plutôt, c’est au média d’adapter son service à la disponibilité de ses lecteurs.
IMG_0708Si Le Monde profite des vacances pour se lancer, je crois que ce service de catch-up est pertinent toute l’année. Notamment, pour une catégorie très spécifique d’utilisateurs et qui sont les utilisateurs les plus fidèles de NOD : les jeunes mamans actives. Elles sont nombreuses à nous remercier du service que leur rend l’appli. Pourquoi ? Elles veulent être informées sur le monde dans lequel elles vivent, mais entre le travail, la famille et les amis, elles n’ont pas toutes le temps de scanner Twitter toute la journée ou de sauter sur chacune des 5 notifications que certaines applications d’info envoyent par jour…
Alors, entre deux rendez-vous ou après une journée très remplie, elles peuvent prendre 10 secondes ou plus (en moyenne 2 minutes 30 chez nous)  pour voir si elles ont raté quelque chose depuis 24 heures ou 48, 72… ou plus encore.
On pressentait cet usage en lançant NOD en anglais il y a 18 mois. On confirme nettement la tendance depuis que NOD s’est lancé en français fin mai.
IMG_0710Ce n’est pas un trait de génie d’avoir voulu faire cela, c’est juste une victoire du design : il suffit de regarder autour de soi pour voir comment se comportent les gens, comprendre leurs besoins et concevoir un service ou produit qui leur soit utile. Autour de moi, il y a donc des gens actifs et curieux pour qui s’informer est important mais pas urgent. Faire un service de catch up de l’info pour eux était une évidence.
Et c’est une bonne nouvelle que d’autres médias suivent enfin cette voie. Qu’ils osent enfin moins informer pour mieux informer. 

Is it time to slow down the news, asks Journalism.co.uk

Slowly (why of course!) but surely, the “slow news movement” is becoming part of the media conversation. This week, online magazine Journalism.co.uk dedicated a podcast to the question “Is is time to slow down the news?

It features Newstapes and De Correspondent, but also more recent players to the game, like The Charta founders Carolina Are and Charles-Edouard van de Put. They just launched a Kickstarter campaign to fund their “slow news magazine”, that would wait for events to unfold before starting to cover them.

The Charta and De Correspondent are both exploring an interesting territory as they are trying to prove that “slow news” does not equal putting out a weekly magazine but really is more about redesigning the content for the age of the permanent update. Listen here.

“The Guardian” creates automated slow news experience

10668472466_4e8cbac6aa_c

Just saw this on Nieman Lab: “The Guardian experiments with a robot-generated newspaper“. Called The Long Good Read, this new publication is a weekly digest of the “best longform stories of the previous seven days”.

The philosophy behind the product fits perfectly into a “slow” approach of news. Nieman Lab writes:

Jemima Kiss, head of technology for The Guardian, said The Long Good Read is another attempt at finding ways to give stories new life beyond the day they’re published: “It’s just a way of reusing that content in a more imaginative way and not getting too hung up on the fact it’s a newspaper.”

The algorithm put behind the experiment is merely a way of making the selection more efficient. But it may promise more future computer-assisted selection of content that ends up being printed…

The project overall reminds me of The Guardian weekly I subscribed to years ago, which was a digest of the world’s news stories published in the British paper.